C'est quoi Guignolsland ?


Guignolsland.com [lien] est un site consacré au village de Brindas (F 69126) [infos], et à Guignol [page], au théâtre, etc.

Ce blog est ouvert parallèlement à ce site —d'une part pour recueillir des articles que nous évacuons de nos pages (surtout des actus de la page nommée... Brind'Actu), —et d'autre part pour accueillir vos points de vue, vos remarques, y compris sur des sujets non encore abordés.

Les sujets présents sont listés sous "Libellés" (en descendant la col' de droite), cliquer dessus pour les ouvrir…

Pour répondre à nos différents sujets, ou pour en initier de nouveaux, n'hésitez pas à cliquez sur "commentaires" ici ou là !

PS: Vous pouvez voir notre blog sous d'autres présentations en cliquant ici

mercredi 16 novembre 2016

Les peintures d'Odyle Collin


Odyle Collin et la peinture 

 Après 40 ans en psychiatrie…
Après sa longue carrière d'infirmière (chef, accessoirement) en psychiatrie, du Vinatier à la clinique de Vaugneray (ça laisse sûrement des traces…?), Odyle Collin à la retraite s'est remise à peindre de manière suivie (jusque là, c'était assez épisodique)… Mais c'était aussi après la révélation de sa maladie de Parkinson. À ce sujet, d'aucuns pourraient voir ici un lien avec la prise de Sifrol, qui est une drogue souvent associée à cette pathologie, et réputée comme pouvant entraîner (entre autres) des "élans de créativité"…! (Cependant on ne saurait vous le conseiller juste pour cela).

"Une espèce d'art brutiste"…
Ce fut en effet comme un ardent désir instinctif de porter ses visions sur la toile… En fait sur quelque chose qui n'est bien souvent pas une toile. Car n'importe quel support semble pouvoir lui convenir, carton, contreplaqué, etc. Et n'importe quel medium par la même occasion, l'acrylique étant tout de même le plus fréquent… Mais collages divers, épluchures séchées même (un peu dans la lignée de Philippe Dereux, ce peintre lyonnais réputé dans le genre) sont souvent de la partie pour ses tableaux. Notre ami Bernard Gouttenoire, éminent critique d'art et glorieux défenseur de la peinture lyonnaise, n'hésite d'ailleurs pas à traiter Odyle "d'espèce d'art-brutiste"… 

 Enchères à vif…
Ce 16 Novembre 2016, une vente aux enchères organisée au profit de l'association "Amour Sans Frontières" a permis  de vendre deux de ses œuvres pour 300 et 400 euros (et quelques), ce qui représente un certain encouragement à persister (mais non, bien sûr pas pour l'argent, malgré la rétrocession de 30%). Car Odyle n'a pas fait jusque là beaucoup d'autres vraies expositions… En fait, il faut dire qu'elle ne se soucie pas vraiment de promouvoir sa peinture. L'essentiel pour elle, c'est de peindre, peindre encore, et après advienne que pourra… On se permet quand même, et presque contre son gré, de faire cette petite page web avec quelques exemples de ses œuvres.  

SD

PS: Une exposition aura lieu à l'été 2017 à Langeac (Haute-Loire).

Vente aux enchères du 16-11-2016 : Flyer et extrait du site web…
 


[…cliquer pour mieux voir…]





















jeudi 13 octobre 2016

EMBARQUÉS… Sur la route de Parkinson.




"EMBARQUÉS… Sur la route de Parkinson", c'est le titre du spectacle qui a été donné ce 13 Octobre 2016 à la maison des associations de la rue Denfert-Rochereau à la Croix-Rousse. Un spectacle monté par l'atelier-théâtre initié fin 2015 dans le cadre de l'association France-Parkinson (comité du Rhône) sous l'initiative d'Odyle Collin, elle-même touchée depuis quelques années par la maladie en question. Mais le groupe inclut aussi quelques non-parkinsoniens, conjoints ou professionnels (orthophoniste, psychologue…). Et ce sont les membres du groupe qui ont écrit le texte, chacun étant souvent l'auteur de la partie qu'il joue "sur scène".

Faut-il souligner que ce spectacle fut un vrai défi : parmi les caractéristiques de cette maladie on trouve la grande difficulté de la parole (NB: pas toujours), la rigidité de l'expression aussi, la difficulté du mouvement bien sûr, la lenteur extrême, etc. Donc de grandes difficultés pour des choses qui sont en principe indispensable à l'art théâtral ! Alors, oui le spectacle était sans doute un peu lent, parfois un peu chaotique, mais son but était justement de faire un peu mieux comprendre ce qu'est cette maladie, ce fléau qui toucherait chaque année plus de 12.000 cas supplémentaires en France… Faire comprendre, mais avec de l'humour bien sûr, un ingrédient totalement indispensable, ça va de soi, ne serait-ce que pour ne pas trop faire peur aux gens…

Cette petite page web, qui réunit quelques documents très amateurs (mais qui ont valeur de témoignage) n'a d'autre ambition que de réunir quelques souvenirs de ce spectacle, principalement à destination de ceux, nombreux, qui y ont assisté, et bien sûr aussi de ceux qui y ont participé. Car le plus positif est évidemment dans la satisfaction et l'évasion que cette réalisation construite ensemble (deux rendez-vous mensuels pendant l'année, et davantage en se rapprochant de la date du spectacle bien sûr) a apporté aux participants de ce singulier groupe-théâtre.
SD

Les participants : Françoise Garcia, Joseph Rochet, Thérèse Rochet, Paule Moretton, Marie-Paule Goetz, François Hue, Annie Roche, Béatrice Aupetit, Isabelle Bourbon, Odyle Collin.
Et les musiciens : Nathalie Rochet (accordéon) et Marcel Rochet (clarinette)

De g à dr.: François, Annie, Isabelle, Joseph, Paule, Marie-Paule, Françoise, Odyle, Thérèse, et Béatrice.









Participez au groupe ! Les séances ont lieu les 1er et 3e mardis de chaque mois à la Maison des Associations de la rue Denfert-Rochereau à la Croix-Rousse.

Toutes les photos et vidéos : © Aupetit (sauf la 1ère en haut ©SD)



JOSEPH  
Joseph Rochet nous a quitté, début Janvier 2017. Finalement soulagé des terribles douleurs qui le rongeaient ces derniers mois… voire ces dernières années… À l'atelier théâtre on appréciait sa gentillesse et son regard resté malicieux sous ce corps recourbé par la douleur chronique, mais bien sûr on ne connaissait pas vraiment l'homme. Le 16 Janvier, une cérémonie d'adieu à la salle Rébuffat à Craponne, à laquelle assistait une large foule d'amis, nous a fait mieux connaître sa vie, sa famille et ses nombreux engagements. Une cérémonie comme un spectacle, avec des souvenirs, de la musique, des chants (rien d'enregistré, car chez les Rochet on trouve suffisamment de musiciens !). Une cérémonie presque joyeuse, comme ce curieux cortège pour emmener ses cendres au cimetière, à la nuit tombante et dans le froid mordant, avec lampions, saxophone et accordéon ! On aurait presque pu se croire à la Nouvelle Orléans. So long Jo, au revoir !  



jeudi 3 mars 2016

La rue de la Fonte du Buyat (à Brindas) en "ligne droite des tribunes"?!

Rue de la fonte du buyat - Brindas - ralentisseur - radar - vitesse
("49 seulement"… celui qui arrive est un oiseau rare)
Mars 2016 : Nouveau chapitre : 
Une réunion sur les problèmes de la rue de la Fonte du Buyat ! 

Nouveau chapitre que l'on rapporte sur cette page ancienne (article plus bas commencé en 2008) puisqu'elle semble lue de temps en temps quand même (avec certes un moins beau score que celle de la Place de Verdun bien sûr…).
En ce 3 Mars 2016, Monsieur Frédéric Jean, maire de Brindas avait convié les riverains à une réunion pour discuter des problèmes liés à cette rue "trop rectiligne". Une première qu'on ne peut que saluer. Jusqu'à présent, tous nos édiles avaient plus ou moins refusé d'avancer sur le sujet, prétextant surtout qu'on avait affaire à une route départementale et que ça n'était donc pas du ressort de la commune… On avait finalement obtenu… le tracé de la ligne blanche continue (un minimum !) en 2001 ! Un petit progrès alors, qui n'empêche évidemment pas les vitesses excessives sur cette ligne droite en agglomération, ni même certains inconscients de doubler parfois sur cette portion… 

 Un plateau "prise-de-conscience"… 
Le tour de table des nombreux présents à cette réunion montre bien que la vitesse des véhicules reste le problème numéro un… On vous passe ici toutes les remarques et autres propositions pour arriver à ce qui semble avoir été retenu par le Maire (qui avait d'ailleurs sans doute sa petite idée préalable, mais l'écoute a néanmoins été réelle). Il propose de faire un plateau ralentisseur* à hauteur du chemin de Cherest, et donc de l'entrée dans l'agglomération, pour faire prendre conscience justement aux automobilistes qu'ils ne sont plus (à partir de là) en rase campagne et qu'ils doivent calmer leurs ardeurs accélératrices (notons d'ailleurs au passage que cette portion de la D50 entre Brindas et Maison-Blanche**, compte-tenu de sa largeur limitée, devrait être également limitée à 70 km/h sur toute sa longueur, mais ce n'est là que notre avis…). 

 Ralentisseur doux ? 
Mais cela ne résoudra pas bien sûr (pas pour tout le monde en tous cas) le problème du désir d'accélération dans la ligne droite si tentante… Un autre "plateau" ou autre forme de ralentisseur "doux" devrait donc (à notre avis) être installé vers le milieu de cette ligne droite (plutôt que la chicane proposée par certains ?). Par "doux", nous voulons dire qui ne casse pas complètement l'allure des véhicules (ou les véhicules eux-mêmes !). Certains plateaux adaptés*** sont franchis "sans douleur" par l'automobiliste raisonnable qui est descendu à 40 km/h environ (oui, le code demande 30, mais soyons réalistes…) : à peine besoin de freiner, ni de quitter la troisième (par exemple). 
Monsieur le Maire nous informe aussi qu'il prévoit un autre "plateau ralentisseur" pour le croisement de la Joanna, croisement entre la route de la Joanna et le chemin de la Grande Pierre. Mais ce plateau-ci pourrait être retardé par certains travaux d'ERDF… Pour celui de l'entrée de village qui nous concerne il parle d'une réalisation en 2017… 

 Et d'autres problèmes… 
Les autres problèmes liés à la rue sont assez nombreux et tous ont été en tout cas bien notés…: l'aménagement de la partie latérale Sud qui est toujours laissée en "terrain vague" pour le moment. Mais là aussi les questions sont nombreuses : faut-il laisser des places de parking, comment, combien, la nuisance du dépôt de verre, les passages piétons qui ne sont pas là où ils seraient utiles, l'éclairage, insuffisant vers le carrefour, etc… 
Et ce carrefour bien sûr, côté bourg, difficile pour les véhicules et très difficile pour les piétons, et plus spécialement avec poussettes (sans parler des handicapés…). Et ça ne va pas s'arranger avec la réalisation de l'immeuble de 29 logements qui ne va pas tarder à sortir de terre… Un passage piétons aurait dû (à notre avis !) être réalisé vers le chemin de Moncel, derrière… Cela aurait dû faire partie (si l'on avait réfléchi un peu) du cahier des charges pour la réalisation de cet immeuble !! (c'est toujours notre avis). Cela aurait un peu soulagé les problèmes du carrefour, au moins pour les piétons… Problèmes pour lesquels aucune solution sérieuse ne semble envisageable actuellement ! 

 Et des histoires d'eau en plus… 
Et il y a un autre problème encore : celui de l'eau… Pas vraiment lié à des sources comme certains voudraient le déduire de l'étymologie (fonte du buyat = fontaine de la source ou quelque chose comme ça), mais plutôt au fait que la route, le lotissement, les murs… ont coupé la pente naturelle Nord-Sud que suivaient jadis ici les eaux pluviales. Alors aujourd'hui, en cas de pluies abondantes et durables, les eaux qui descendent du Nord traversent la rue… vers les sous-sols des maisons d'en-dessous où elles provoquent des inondations. Comme les eaux pluviales sont ici rejetées dans le tout-à l'égout (ce qui n'est pas très normal…), celui-ci sature et nous avons même eu droit, lors d'un épisode très pluvieux à l'été 2012, à une inondation par reflux du tout-à-l'égout, ce qui est tout de même un comble… 

Bref, les problèmes sont fort nombreux et variés, comme vous pouvez en juger, alors souhaitons bon courage aux responsables municipaux (qui ont aussi d'autres quartiers à fouetter, on en est bien conscient). Mais merci à eux en tout cas d'avoir su enfin écouter nos doléances. Plus qu'à attendre pour les réalisations… 

SD

NB*: Il avait été question d'un rond-point en ce même endroit d'entrée dans Brindas, réunissant depuis le chemin de Cherest jusqu'à celui de Moncel, donc de réalisation assez difficile, et surtout avec des préemptions de terrain qui en faisait une solution bien moins rapide (ou bien plus lente…).

**La route dite "de Bordeaux" (la D489) est bien limitée à 70 km/h alors qu'elle est plus large et sans virages (jusqu'à Maison Blanche).

***On pourrait prendre comme exemple brindasien celui vers "la Chevalerie" (en haut du Pont Chabrol) qui n'est pas trop agressif et fait tout de même ralentir…

À propos des radars, Monsieur Jean nous a appris que ceux de dernière génération (il y en a un Route Neuve et l'autre au Pont Chabrol) permettent quand on les "relève" de connaître le nombre d'infractions, la vitesse, l'heure… mais pas les numéros d'immatriculation ! Mais celui de la Fonte du Buyat est de l'ancienne génération…

Par contre, pour faire ralentir dans notre fameuse ligne droite (sans tribunes), la solution d'un vrai radar fixe (celui qui vous prend en photo avant de vous écrire !) n'a pas été exclue. Mais certains se montraient sceptiques en jugeant qu'il ne rapporterait sans doute pas assez une fois bien repéré…

PS de Janvier 2017 : Un accident en Novembre 2016, et toujours aucune réalisation pour tempérer les ardeurs des fonceurs, le radar clignote en rouge à longueur de journées et pour des vitesses souvent très élevées…  
…Et l'immeuble du 20 va bientôt amener une importante population supplémentaire. 


Notre article de Décembre 2008 (et sa suite en 2013)…

Un afficheur de vitesse dans la ligne droite du Buyat !?
(ou un ralentisseur ?)

Afficheur de vitesseEncore une petite suggestion pour nos édiles… Qui concerne la rue de la Fonte du Buyat (ce qui veut dire à peu près "la rue de la source du ruisseau", poétique isn't it ?) qui est le début de la route de Vaugneray, cette "belle ligne droite" quand on quitte Brindas par l'Ouest, tellement tentante pour les automobilistes que la majorité d'entre eux ne peut s'empêcher d'y déchaîner (plus ou moins) les chevaux-vapeurs de leurs véhicules (on se fait du bien comme on peut, remarquez qu'on est tous un peu pareils à cet égard…). Il serait donc judicieux dans cette optique qu'on installe (de préférence au milieu de la ligne droite) non pas des tribunes mais un afficheur de vitesse électronique qui permettrait à tous nos champions de juger de leurs performances, de voir s'ils ont battu leur record de la veille, etc. On trouve d'excellents articles de nos jours, capables même de livrer des statistiques* (voir ici par exemple).
Car il ne faut surtout pas compter sur les gendarmes pour vous dire de combien vous avez dépassé la vitesse autorisée ici (50 km/h en l'occurence, puisqu'on est en agglomération) car on ne les voit jamais tester leurs jumelles dans ce coin (pas de planque pour se cacher ?) !
Alerté plusieurs fois par nos soins, le précédent maire se voulait rassurant en semblant croire à l'auto-responsabilisation des conducteurs ! (du genre, ils vont finir par comprendre qu'ils ne devraient pas faire ça…). Ce qui à notre avis est aussi candide que de croire, par exemple... à l'auto-régulation et à l'auto-moralisation du capitalisme !! Non, notre comparaison n'est pas si délirante et déplacée : il s'agit dans les deux cas de juger de la nature humaine et de placer quelques garde-fous ! Alors, faut-il continuer à se dire "laissons faire tant qu'il n'y a pas d'accident grave" ?? (rayon accidents, on voit ce que le laisser-faire a déjà commencé à donner pour le capitalisme…).

* Avec alimentation solaire. Voir par exemple à St Martin au début de la route de St Sym... (7500 € pour 2 radars, quand même...)

PS : En 2011, on parle beaucoup de ces instruments, devenus par un joli tour de passe-passe sémantique, des "radars pédagogiques" !!


PPS : Début Mai 2013… Mince, on a du mal à y croire et on se frotte les yeux : nos conseils auraient finalement été suivis d'effet…!? 
En tout cas, un afficheur de vitesse vient d'être installé rue de la fonte du buyat, pour les véhicules qui arrivent "de l'Ouest" vers Brindas. Et il flashe en rouge pour environ 8 véhicules sur 10 on va dire (sans doute réglé à 55 km/h). Certains ralentissent alors, d'autres même pas…
On va pouvoir s'installer un siège pour approfondir nos statistiques… 
Mais alors, si nos pertinents conseils sont écoutés, on rappelle qu'on avait un autre petit post juste voisin (de 2008 également) qui suggérait de réaliser "un rond-point pour Guignol"!
SD



PPPS 2014 : PETIT BILAN D'UN RADAR BIEN INUTILE…

Conclusion de plus d'un an d'observations (épisodiques, rassurez-vous…). On s'était bien trompé et le fait est là : ces radars qui se contentent "d'informer" ne servent évidemment pas à grand chose… En gros, les seuls conducteurs qu'ils font ralentir sont généralement ceux qui n'allaient déjà pas bien vite. Et les autres s'en foutent royalement… quand ça ne les fait pas accélérer !
Bien sûr, il peut y avoir toute sorte de comportement intermédiaire, mais de toutes façons le but n'est pas du tout atteint. Soyons clair, le seul moyen efficace pour faire ralentir les véhicules en agglomération (c'est aussi le moyen le plus stupide et nuisible, mais il n'y en a guère d'autre) porte bien son nom puisqu'il s'appelle RALENTISSEUR !

Les ralentisseurs, ils ont fleuri (si l'on peut dire) dans toutes nos communes depuis 10 ou 20 ans. Pas tellement à Brindas où l'on peut encore les compter sur les doigts (d'une main ?). Chez notre voisine Chaponost par contre, leur nombre est carrément astronomique (on vous laisse compter…), mais ils y sont généralement relativement "doux", pas du genre à casser les voitures ! Des très durs, on sait qu'on en rencontre par exemple dans la traversée de Soucieu et à l'arrivée vers St-Laurent-d'Agny, et même à 30 ils font très mal ceux-là…
Vous voulez qu'on continue à vous parler des ralentisseurs ? On pourrait écrire un livre, absolument passionnant bien sûr…

Mais ce moyen, pour stupide qu'il soit (il abime les véhicules, augmente la pollution et la consommation…) est sans doute le seul qui pourrait faire ralentir dans la ligne droite qui nous préoccupe en premier chef. On y a vu une fois cette année les policiers municipaux avec leurs jumelles spéciales. C'était carrément au lendemain des élections municipales, juste après le passage de la liste "juste pour vous". On avait dû donner des consignes strictes : on allait voir ce qu'on allait voir… Soyons juste : la sécurité routière, on est évidemment pour ! (mais celle qui voudrait mettre des caméras jusqu'au cimetière, par contre on est contre !!). Mais depuis ce jour du printemps 2014 (c'était peut-être le 1er Avril au fait ?), on n'a jamais revu un képi ou autre casquette assermentée dans le coin !! (certes, on ne fait pas le guet là non plus…).



Membres